Le mois de Muharram ou Méditation sur le temps qui passe …

Professeur Laid BELLATRECHE

Muharram est le premier mois du calendrier musulman. Il s’agit du calendrier lunaire.

L’ère musulmane est calculée du point de départ de l’année de l’émigration (Hégire) ; c’est-à-dire, de l’année où le prophète Mohammad, émigra de La Mecque à Médine en 622. Le deuxième calife, Omar I, qui a régné de 634-644, a placé le premier jour du mois Muharram comme début de l’année ; c’est-à-dire le 16 juillet 622, date qui avait déjà été fixée par le Coran (Qur’an) comme premier jour de l’année.

إِنَّ عِدَّةَ الشُّهُورِ عِندَ اللَّهِ اثْنَا عَشَرَ شَهْرًا فِي كِتَابِ اللَّهِ يَوْمَ خَلَقَ السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضَ مِنْهَا أَرْبَعَةٌ حُرُمٌ ذَلِكَ الدِّينُ الْقَيِّمُ فَلَا تَظْلِمُوا فِيهِنَّ أَنفُسَكُمْ وَقَاتِلُوا الْمُشْرِكِينَ كَافَّةً كَمَا يُقَاتِلُونَكُمْ كَافَّةً وَاعْلَمُوا أَنَّ اللَّهَ مَعَ الْمُتَّقِينَ         سورة التوبة

  » Le nombre de mois, auprès d’Allah, est de douze (mois), dans la prescription d’Allah, le jour où Il créa les cieux et la terre. Quatre d’entre eux sont sacrés : telle est la religion droite. (Durant ces mois), ne faites pas de tort à vous-mêmes. Combattez les associateurs sans exception, comme ils vous combattent sans exception. Et sachez qu’Allah est avec les pieux. »   Sourate at Tawbah (9), Verset 36

Les 04 mois sacrés en Islam sont :

Mouharram,   Rajab,  Doul al Qi’da, dou al Hijja.

Ce sont les mois que cite le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui):

: ‏عن ‏ ‏أبي بكرة ‏ ‏رضي الله عنه ‏ ‏عن النبي ‏ ‏صلى الله عليه وسلم ‏ ‏قال

‏‏الزمان قد استدار كهيئته يوم خلق الله السموات والأرض السنة اثنا عشر شهرا منها أربعة حرم ثلاثة متواليات ذو القعدة وذو الحجة والمحرم ورجب ‏ ‏مضر ‏ ‏الذي بين جمادى وشعبان

D’après Abou Bakrah que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit :
« Le temps a repris son cours tel qu’il était quand Allah créa les cieux et la terre: l’année compte douze mois dont quatre mois sacrés ;
les trois se succèdent et ont pour nom Dhoul-Qa’ada, Dhoul Hidjdja et Muharram et le quatrième Rajab intercalé entre Djoumadaa et Chabaane. »

L’Achoura, jour saint musulman observé le 10 de Muharram, le premier mois du calendrier musulman (variable de date grégorienne). Le terme est dérivé du mot arabe pour le nombre dix. Le mot Muharram lui-même dérive de la racine arabe h-r-m, dont l’une des significations est “interdite” (harām). Traditionnellement, Muharram est l’un des quatre mois sacrés.

Le Prophète a dit que le jeûne effectué pendant Mouharram est le meilleur, après celui de ramadan. A ce propos, Aboû Hourayra a dit : « Le Messager d’Allah a dit : « le meilleur jeûne après celui du ramadan est le jeûne effectué pendant le mois d’Allah Mouharram. Et la meilleure prière faite après la prière obligatoire est celle effectuée dans la nuit » (Rapporté par Mouslim).

Retenons que durant ce mois, la récompense pour chaque acte de bien que nous sommes capables d’accomplir sera multipliée. Notons aussi que le châtiment pour les mauvaises actions sera aggravé.

Soyons de ceux et celles qui optent pour le bien et privilégient les bonnes actions. Ces mois sacrés sont aussi une opportunité, une clémence et une preuve de miséricorde d’Allah pour chacune et pour chacun d’entre nous.

Encore un espace de temps où la récompense pour les bonnes actions est multiple pour nous donner à nous rattraper et à nous corriger.

L’autre leçon à méditer est que l’organisation du temps, outre les avantages multiples dans les différentes activités de la vie, est aussi une mesure réelle d’une vie qui s’écoule.

Quel sens et quelle définition donnons-nous au temps ? Quel usage faisons-nous du temps ? Quel bilan dressons-nous de cette année qui vient de s’écouler ? Les bilans sont souvent matériels, tant mieux, c’est bien nécessaire et c’est un devoir. Mais aussi, quels bilans : spirituel, moral et citoyen faisons-nous d’une année qui s’envole ? 

Saisissons cette occasion aussi afin de parler à nos enfants de l’importance du temps qui est un don divin. Le temps qui n’est autre que nos vies qui s’érodent. Le temps de la droiture, le temps du droit chemin spirituel. Le temps de la gratitude pour ce don qu’Allah nous accorde. Le temps espace d’adoration. Le temps espace de travail et de labeur. Le temps pour l’utilité à soi, aux autres, à sa famille, à sa Cité, à sa ville.

Retenons aussi que le temps est un don partagé pour nous toutes et tous. Nous vivons un même jour ensemble : un don précieux pour faire bon usage ensemble … 

Le temps où en tant que bon croyant, on devient de sincères militantes et militants de paix, de concorde et de vivre ensemble …   

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*