Rencontre et Débat

Protection de l’Environnement et Religions​

Pour ce dimanche 17 février, le temps était printanier avant l’heure, la ville céleste et la Salle René-Char studieuse était toute acquise pour accueillir un événement prometteur. Un dialogue interreligieux sur l’environnement tel que perçu dans les Textes sacrés.

La salle intelligemment ornée de symboles rappelant la nature et le devoir a été rapidement peuplée. Chrétiens, Musulmans, Citoyennes et Citoyens, des âmes fidèles à l’environnement se sont retrouvées pour dialoguer et se confondre pour vivre sereinement dans un espace équitablement partagé. La présence studieuse, de Monsieur Jean Noel CARPENTIER, Maire de la ville, du début à la fin de l’événement est toute naturelle au vu de son engagement irréductible pour toutes les causes et les préoccupations des citoyens et des citoyennes.

Cet événement phare a été minutieusement préparé depuis des semaines grâce à la bienveillance de Madame Odile CANTIN et son époux Daniel et à l’Association Espérance de Montigny (AEM) lucidement présidée par M. Aziz SAYAH. La touche savante de M. Ange Gebtie, Curé de la Paroisse Saint Martin de Montigny-Lès-Cormeilles, et sa clairvoyance ont été très réconfortantes. La contribution des membres de l’association AEM était exemplaire à l’image de l’apport de Lakhdar CHENNI, Nasser NEHAR, Abdelhamid RAHHALI, Mohamed SLIMI, Amar DJEBARA et Laid BELLATRECHE sous l’orientation bienfaisante du Président, M. SAYAH. Cette action est le prolongement naturel des dialogues précédemment vécus par l’association AEM.

Après une allocution de Madame Odile CANTIN, brève et précieuse, puis du discours de M. Aziz SAYAH, succinct et évocateur, l’assistance était conviée à l’écoute des deux intervenants : le prêtre Daniel CARUETTE, côté chrétien ; et le Professeur Laid BELLATRECHE, côté musulman.

Le pile ou face a voulu que le prêtre Daniel CARUETTE, nous offre les premières pages de cette rencontre. Il évoqua avec éloquence la place de l’environnement dans la foi Chrétienne. Il rappela un texte du Pape François qui souligne l’urgence de la préservation de la nature et la promotion de la paix. Il insista sur la nécessaire coexistence commune dans le monde. M. le prêtre a rappelé en trois points de la fragilité de la nature et de sa sensibilité devant éveiller en nous le devoir de la préserver et de l’entretenir : 1. « Tout est lié, tout se tient entre Dieu et l’univers », 2. « Tout est donnée, nous ne sommes pas les propriétaires de cette terre mais les administrateurs », 3. « Tout est fragile, fragilité de cette terre depuis 200 ans avec l’industrialisation et la consommation de grande masse ».

Prenant la parole afin d’évoquer la place de l’environnement dans l’Islam, le Professeur Laïd BELLATRECHE a tout d’abord rappelé que Dieu a créé l’homme à partir d’argile. Protéger la nature c’est donc rendre hommage à soi-même. L’homme est donc nature. Après leur création, Adam et Eve usèrent de feuilles d’arbres afin de protéger leur pudeur. L’homme eut recours à la nature au secours de sa propre pudeur. Nombre de Versets portent le nom de planètes ou d’autres éléments de l’univers, les adorations d’Allah sont liées à la marche du temps, telles les prières et autres afin de mentionner cette entière communion entre le musulman et l’univers qui l’entoure. L’économie de l’eau est recommandée fusse-telle dans les ablutions pour chaque prière, tant d’éléments qui démontrent que la protection de la nature est l’expression même de la foi.

Le débat ayant suivi ces interventions a montré l’intérêt des citoyennes et des citoyens pour une cause suprême, celle de la nature et de l’environnement. On a souligné l’importance de la générosité de la nature, qui grâce à Dieu, nous fait vivre. Elle rassemble et inspire un travail commun plus que jamais urgent et si  nécessaire.

GEBTIE, Curé de la ville, a rappelé la nécessité de transposer cette conscience individuelle vers une conscience collective pouvant faire adhérer à cette noble cause. Pour sa part, M. Le Maire, de son siège citoyen, a souligné comment le souci pour la nature ne relève plus d’une fantaisie intellectuelle mais une urgence nécessitant un engagement inconditionnel au-delà des idéologies et des convictions personnelles.

Ces quelques lignes ne peuvent relater les faits comme dans les faits, mais la caméra de M. Nasser NEHAR, Secrétaire Général de l’AEM, a bien scruté les différents moments de l’événement. Des interviews ont été réalisées en vue de concevoir un reportage témoin et mémoire de l’événement.

Elle a été depuis toujours une artisane des passerelles, elle a mis du parfum dans les lieus saints et dans les âmes, Madame Odile CANTIN, restera, entre autre, une référence en matière de dialogue et de vivre-ensemble. L’Association Espérance de Montigny (AEM) a tenu à lui exprimer une sympathie et une reconnaissance à travers un poème dédié pour elle. Elle a rougi comme une sacrée écolière, elle l’est toujours dans son innocence, dans ses cahiers studieux et dans sa dimension citoyenne.

Après la clôture de cet événement dans une ambiance citoyenne, tout le monde a été convié à partager le pot de l’amitié, de l’espoir et de la bonne convivialité.

La Rédaction de l’AEM